Cat Ba – une alternative à la Baie d’Halong

La Baie d’Halong fait rêver mais le tourisme de masse et surtout la gestion sauvage des autorités locales l’a rendue vulnérable aux touristes mal éduqués. Nous avons abordé ce thème dans l’article : le secret derrière le tourisme de masse dans la Baie d’Halong. Suite à la dernière interdiction de l’usage de kayak, il est temps de penser à faire une croisière autrement. Mais où ? Et bien, l’ȋle de Cat Ba s’avère la destination du futur pour les voyageurs en quête de découverte authentique. Cet article creuse beaucoup dans le comparatif vous permettant de voir une nette différence entre la Baie d’Halong et l’ȋle de Cat Ba.

Notoriété
Plusieurs blogs disent souvent que l’ȋle de Cat Ba fait partie de la Baie d’Halong. C’est faux ! Au niveau administratif, Cat Ba appartient à la Province de Hai Phong alors que la Baie d’Halong est gérée par la Province de Quang Ninh. 
Et c’est ce découpage géographique qui explique beaucoup de choses. Puisque Cat Ba ne fait pas partie de la Baie d’Halong, cette ȋle ne fait pas partie de ce qui est reconnu par l’Unesco non plus. Du coup, toutes les campagnes de communication se passent autour de la Baie d’Halong. Naturellement, les touristes se ruent vers la Baie d’Halong et surtout la quasi-totalité des agences de voyages locales vendent la Baie d’Halong, mais très peu d’entre elles proposent l’ȋle de Cat Ba. 

Par conséquent, c’est le volume de visiteurs et d’investissement qui fait la différence. Concrètement, c’est 4 millions de visiteurs internationaux par an dans la Baie d’Halong et il y en a 300.000  à Cat Ba. Dans la Baie d’Halong, c’est 450 bateaux enregistrés dont 250 sont autorisés à partir en mer chaque jour. 

Ce chiffre est à 70 pour l’ȋle de Cat Ba et il y en a 20 qui quittent l’embarcadère quotidiennement. Un gros écart n’est-ce pas ? Ce n’est pas fini.

Pour atteindre l’objectif de PIB, les dirigeants politiques de la Province de Quang Ninh ont mis en place des infrastructures pour faciliter l’accès à la Baie d’Halong. L’ȋle artificielle de Tuan Chau est la première œuvre qui a fait couler beaucoup d’encre au niveau écologique.

Sa création est pour but d’installer un port de départ pour 80% des bateaux de croisière mais sa jetée bétonnée a modifié considérablement la nappe souterraine et le cycle des marées. Proche de la terre ferme, des contingents d’autocars débarquent sur le port. L’accès facile = l’arrivée massive des touristes, c’est la règle. 

Contrairement à la tendance de la Baie d’Halong, l’ȋle de Cat Ba est trop détachée de la terre ferme et c’est grâce à ça que l’ȋle est épargnée du tourisme de masse. L’ȋle est située  à 60 km de la ville de Hai Phong, le seul moyen de joindre sa côte est le bateau rapide. Pour l’instant, il n’y a que deux compagnies qui exploitent cette ligne à une rotation de trois départs par jour. Grosso modo, c’est un quota de 300 passagers maximum par jour sur l’ȋle. Et un bon nombre d’entre eux sont les habitants locaux. Donc déjà dans l’esprit des touristes, partir sur l’ȋle de Cat Ba semble plus compliqué. 

 
En plus de ça, s’ajoute le mal de mer pour certains car les hydro-glisseurs filent à une vitesse de dingue. C’est 60 km/h en pleine mer ! Pas étonnant que l’ȋle de Cat Ba décourage un bon nombre de touristes qui cherchent le confort. Mais tant mieux pour ceux qui cherchent le côté aventurier.
2. Diversité des activités
Contrairement à Halong, Cat Ba est une ȋle est elle possède une biosphère très diversifiée. Quand la croisière dans la Baie d’Halong est trop monotone, Cat Ba offre beaucoup plus d’options pour se divertir. 
 
L’ȋle abrite un parc national et il est possible de faire de la randonnée (de 2 à 7 heures) au cœur de la forêt tropicale et croiser quelques espèces en voie d’extinction comme les langur à tête dorée. Sur les 2500 individus recensés dans les années 1960, il n’en reste qu’une cinquantaine de survivants aujourd’hui et tout ça est lié au braconnage. 
Le point fort de cette randonnée est la montée au somment d’une colline où vous aurez un panorama 360 degrés magnifique. Son point de vue incroyable justifie des efforts physiques.

Côté farniente, Cat Ba possède de nombreuses plages. Sur l’ȋle, il y en a déjà trois : Cat Co 1, Cat Co 2 et Cat Co 3. Ces plages sont souvent fréquentées par les vacanciers vietnamiens mais ils ne viennent qu’en été (avril, mai, juin, juillet). Ça veut dire qu’il y a beaucoup moins de fréquentation dans le reste de l’année. 

Et autour de l’ȋle, dans la baie de Lan Ha, on peut trouver des dizaines de plages désertes et sauvages et c’est tout simplement magnifique. Par rapport à la Baie d’Halong, les plages de l’ȋle de Cat Ba sont mille fois plus propres. 
Dans l’article précédent, nous avons bien souligné que l’industrie du charbon et le nombre impressionnant de bateaux de croisière dans la Baie d’Halong entraȋnent la dégradation de la qualité des eaux. Selon une étude scientifique menée par une société belge, 9% de la baie est polluée. L’eau émeraude se mêle désormais avec des détritus, du pétrole et des nappes d’essense. Ça ne donne pas trop envie de piquer la tête dans l’eau pour bouffer toutes les cochonneries jetées dans la mer. Alors pensez à Cat Ba si vous voulez vraiment faire une baignade tranquille    

Au flanc droite de l’ȋle se situe la baie de Lan Ha, idéale pour faire du kayak car l’eau est calme et il y a peu de courant. On souligne bien le kayak car à partir d’avril 2017, il est interdit d’en faire dans la Baie d’Halong. Du coup, la baie de Lan Ha sera désormais le seul endroit où on peut pratiquer ce sport nautique. Il y a environ 3 stations de kayak situées à droite de l’ȋle, ce qui permet de varier les itinéraires en fonction du niveau sportif des voyageurs.  

La dernière activité proposée et bien évidemment la croisière. Depuis l’ȋle de Cat Ba, les bateaux à taille humaine partent à la découverte de la baie de Lan Ha. Le paysage ici est le même que la Baie d’Halong proprement dite, c’est-à-dire l’ensemble des formations karstiques au relief déchiqueté qui émergent de la mer. A part le petit nombre de compagnies de croisière dans le coin, il faut dire que les bateaux en bois sont souvent de petite taille (de 2 à 6 cabines). C’est lié  à la typologie géographique de la baie de Lan Ha, caractérisée par les rocheux beaucoup plus massifs que la Baie d’Halong, le vent plus puissant et les eaux moins profondes. Tout ça empêche des bateaux d’au de-là de 10 cabines de venir ici. Et vous savez que la quasi-totalité des bateaux dans la Baie d’Halong sont des hôtels flottants. Naturellement ils n’osent jamais s’approcher de l’ȋle de Cat Ba. Et tant mieux, ça donne l’occasion d’être souvent complètement seul dans la baie et on croise très peu de bateaux pendant la journée. Pour bien profiter de la beauté féerique du lieu, il faut passer une nuit à bord du bateau. Nous vous en parlerons plus dans le prochain article sur la croisière de 2 jours autour del’ȋle Cat Ba.
3. Authenticité
Du fait de l’urbanisme sauvage, les autorités de la Province de Quang Ninh semblent prêter davantage leurs efforts touristiques sur la terre ferme plutôt que sur la partie maritime de la Baie d’Halong. Cette politiqe se traduit d’abord par des constructions massives tout au long de la côte. 

De loin, on aperçoit facilement des chantiers gigantesques qui dénaturent complètement le paysage. Naguère un simple faubourg, Halong est devenue un monstre industriel. Fini l’image des villages de pêcheurs tellement  romancée dans le film Indochine. D’ailleurs, la démolition des villages flottants en 2014 a officiellement mis fin à la vie authentique des pêcheurs. Quand on fait une croisière dans la Baie d’Halong, ce sont des touristes qui se croisent. Il n’y a pas de contact entre les voyageurs et la population locale. 

Si vous cherchez vraiment à rencontrer des pêcheurs locaux, il faut choisir l’ȋle de Cat Ba. Si Halong vise le charbon et le tourisme comme économie de pointe, Cat Ba vit essentiellement de la pêche. Autour de l’ȋle, on peut encore témoigner de la vie authentique des villages de pêcheurs. Sur une population de 12000 âmes, la moitié des foyers partent encore en pleine mer pour faire de la pêche et une partie décident de vivre dans la baie en permanence. C’est pourquoi on peut croiser des villages flottants dispersés dans la baie de Lan Ha. 

 

Ce sont souvent des maisons flottantes à un seul étage et on peut observer de plus près de la vie des familles : le chien qui surveille la maison, la femme fait son linge, son fils rentre de l’école en bateau motorisé, et le mari répare ses filets pour un prochain départ au large de la mer. Tout se passe au fil de l’eau. 

Pour ceux qui décident de passer le séjour sur l’ȋle, on sent que Cat Ba est encore loin du tourisme de masse. Il n’y a pas de grands magasins ni de casinos géants ici. A la place, ce sont des marchés aux poissons et des boutiques familiales dont la vitrine d’aquarium affiche la pêche du jour. C’est en déambulant à travers les étals que l’on est en immersion dans la vie locale, et on comprend mieux les us et coutumes de la population.  
En conclusion, cet article n’est pas fait pour boycotter la Baie d’Halong. En fonction des moyens, du budget, du niveau de confort recherché, chaque voyageur est libre à choisir sa zone de croisière. La Baie d’Halong est l’usine à touriste mais les bateaux-hotels possèdent le confort indéniable. Les cabines sont bien équipées et il y a souvent un bar voire un salon de massage à bord. Dans les eaux de Cat Ba, les bateaux sont plus petits et moins bien équipés mais il y a plus de proximité avec l’équipage et surtout on sent le service plus personnalisé et une découverte plus intime.  

PARTAGER:

LAISSER UN COMMENTAIRE
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée*

Your email address will not be published. Required fields are marked *