Dinh Bang – Les secrets de la culture villageoise au Vietnam

La culture villageoise tient une place centrale au Vietnam. Contrairement au système féodal français, ce sont les petits villages qui ont formé l’État vietnamien. Les rois étant eux-mêmes issus des campagnes, le village est donc très important culturellement : il représente le noyau politique, dirigé à la fois par le chef du village et le roi. A l’époque, chaque village correspondait à une sorte de seigneurie, où le seigneur fixait les lois avec ses villageois. Comme le Vietnam a subi de nombreuses invasions chinoises et mongoles au cours de son histoire, les rois vietnamiens avaient besoin de s’appuyer sur les villages pour exister. C’est donc à partir des réseaux villageois de l’époque qu’une vingtaine de villages satellites sont apparus peu à peu autour de Hanoï pour aider à défendre le pays,  ces villages d’Artisans spécialisés servant également à subvenir aux besoins de la famille royale. C’est aussi à travers le développement des villages que les vietnamiens ont développé les 3 cultes les plus répandus au Vietnam : le culte des Génies (honorés dans les maisons communales), le culte des Ancêtres (dans les chapelles familiales) et le culte des Héros nationaux (dans les temples), que nous développerons plus tard.
De nos jours, Đình Bảng reste un des rares villages qui a su maintenir ces traditions. Terre natale du roi Ly située à Từ Sơn
 dans la province de Bắc Ninh, c’est ici que l’on trouve le plus de pagodes au Vietnam. Pour comprendre tout cela et percer les secrets de la culture villageoise du Nord du Vietnam, il faut chercher directement au cœur du village et remonter plusieurs siècles en arrière… Nous vous invitons à venir découvrir autrement l’histoire de Đình Bảng, à travers ses habitants, ses traditions et ses pratiques spirituelles, le temps d’une escapade urbaine.
Lorsque les premières maisons communales sont apparues, ces sortes de « mairies » aux diverses fonctions agissaient tel un petit état. Ici les villageois étaient comme des députés, puisque l’État s’appuyait sur les villages et leur accordait beaucoup d’autonomie. Auparavant, il faut savoir que les chefs de villages étaient choisis selon leur rang, ce sont donc les nobles ou les villageois les plus riches qui assumaient cette fonction. N’oublions pas que la maison communale tient une place très importante dans chaque village au Vietnam pour plusieurs raisons :

* Son rôle administratif et politique (similaire au Parlement que nous connaissons).
* Son rôle spirituel lié au culte du Génie du village (équivalent du Saint Patron protecteur et souvent fondateur du village).
* Son rôle économique (car dans le temps, c’était aussi la place du marché).
* Son rôle culturel qui rassemble encore les villageois lors de festivals annuels à des dates précises (comme le Festival du Temple Đền Đô à Đình Bảng qui s’est déroulé cette année le 11 avril 2017, correspondant cette année au 15ème jour du mois lunaire).
La visite guidée du village de Đình Bảng commence donc par sa Maison Communale. Celle-ci est particulièrement connue pour son style authentique en bois non-laqué mais sculpté minutieusement, alors que d’autres sont souvent d’apparence plus austères. A l’extérieur, un banian (arbre centenaire) vous accueille dans ce lieu de culte. A l’intérieur, on peut encore voir les tables et chaises où le « Parlement » de l’époque se réunissait quotidiennement. Aujourd’hui, les maisons communales sont désormais entretenues et gardées par des bénévoles qui sont chargés d’entretenir le site.
Vous rencontrez ensuite une famille qui vous fera découvrir sa Chapelle  Familiale, liée au culte des Ancêtres. Au Vietnam vous aurez remarqué que chaque foyer dispose d’un autel pour le Génie du sol, un autel pour Bouddha et un autel pour les membres de la famille disparus. De même, dans chaque village il y a des chapelles familiales qui rendent hommage aux ancêtres communs remontant plusieurs générations, parfois jusqu’à 7 générations en arrière.
Tout comme pour les maisons communales, seuls les plus riches pouvaient se permettre d’avoir ce genre de chapelle. A Đình Bảng on trouve de nombreuses familles de renom, comme la famille Nguyen Thac, qui possède une chapelle familiale. Une à plusieurs fois par an, les membres du clan se réunissent pour renforcer la solidarité au sein de la famille éloignée. Cela sert non seulement à se rencontrer et connaitre le visage de tout le monde, mais aussi à tisser des liens avec sa communauté. En effet, puisqu’il n’existe pas de système de couverture sociale au Vietnam, il faut donc pouvoir compter sur son propre clan pour se faire aider financièrement en cas de problème.
Chaque année, un membre du clan s’occupe d’organiser les repas pour tout le monde. Pour cela, il faut inscrire son nom dans le planning des fêtes familiales, car chacun a le devoir d’être « organisateur » au moins une fois dans sa vie. Contrairement à la France, il faut savoir qu’au Vietnam la famille se réunit non pas pour les anniversaires de naissance, mais pour les anniversaires de mort. La chapelle familiale a donc deux buts : connaitre les membres de sa famille éloignée pour se faire aider et honorer les ancêtres communs.
La visite de Đình Bảng se poursuivra en traversant l’axe principal de la vieille ville, où les toitures des maisons les plus anciennes contrastent avec les bâtiments modernes attenants.
Đình Bảng est un village également réputé pour son artisanat. Vous vous arrêterez donc dans une Fabrique de Bánh Phu Thê, gâteau de riz traditionnel qui est la spécialité du village. Traditionnellement dans le Nord du Vietnam, on offre systématiquement ce gâteau lors des mariages (Phu signifiant mari et Thê signifiant femme). Les meilleures ventes se font donc au printemps et à l’automne, qui correspondent aux périodes des mariages pour le climat agréable. Le restant de l’année, la fabrication est plus rare. 
Vous serez accueilli chaleureusement autour d’une tasse de thé par une villageoise et découvrirez les secrets de fabrication du Bánh Phu Thê dont l’ingrédient de base est le riz gluant. Sélectionné rigoureusement, il doit tremper dans l’eau quelques heures, avant de sécher 3 jours au soleil. Il sera ensuite écrasé finement pour obtenir la farine de riz gluant et 6 autres ingrédients devront mijoter toute une journée pour confectionner la farce : sucre, noix de coco, papaye verte, graines de lotus, haricot mungo et confiture de courge vietnamienne (bi dao). Le gâteau est ensuite emballé dans des feuilles de bananiers, ce qui lui donnera sa belle couleur jaune. La préparation du Bánh Phu Thê est un travail collectif qui prend environ 4 jours, c’est pour cela que chaque famille s’occupe d’une étape bien précise (le séchage du riz gluant, la cuisson, l’emballage…). Ce gâteau frais ne se conserve que quelques jours (3 au maximum), donc si vous décidez quand même d’en ramener en France, il risque de s’assécher à cause de la différence de climat… une astuce : passez-le quelques secondes au micro-onde pour qu’il retrouve son moelleux. Le découpage du gâteau se fait traditionnellement en 8 avec les baguettes, c’est tout un art lorsqu’on n’est pas initié ! Sachez que culturellement on mange très rarement des desserts au Vietnam, ce gâteau est donc une exception. 
Après votre découverte du cadeau traditionnel obligatoire lors des mariages du Nord du Vietnam, c’est tout naturellement que nous vous ferons visiter une Fabrique d’Alcool de Riz, également très apprécié lors des mariages vietnamiens ! La prochaine étape du parcours vous mènera donc chez le « gestionnaire » du village de Đình Bảng, dont la famille fabrique cet alcool à domicile. 
Ici encore, l’ingrédient principal est le riz gluant. On le fait d’abord fermenter avec de la levure et 36 plantes médicinales dans des bidons pendant 10 jours, ensuite l’alcool sera distillé pendant une heure dans un chaudron sur du charbon, puis le liquide transparent ainsi obtenu sera recueilli dans un réservoir. 
A chaque distillation, 10 kg de riz gluant fermenté sont nécessaires pour obtenir 5 litres d’alcool de riz. La recette exacte est gardée bien secrète par cette famille qui est réputée pour fabriquer le meilleur alcool de riz de toute la région, contrairement à Hanoï et son coté industriel où l’on vous vend sous le terme de « vodka » (appellation marketing) un alcool de très mauvaise qualité et nuisible pour la santé. Les provinciaux viennent jusqu’à Đình Bảng pour y acheter des barils de 10 à 20 litres, une bonne affaire puisque cela leur revient seulement à 3 $ le litre au lieu de 12 $. Ces grandes quantités se conservent le mieux dans des jarres en terre cuite, que l’on trouve habituellement à l’entrée des maisons et où l’on vient se servir pour sa consommation personnelle.
Au Vietnam, l’alcool de riz est souvent dilué ou aromatisé selon les goûts : pomme, banane, plantes médicinales (comme l’artichaut pour le foie) ou encore lézards et scorpions pour soigner les rhumatismes et prévenir du cancer ! C’est également l’arôme choisi qui lui donnera sa couleur finale, puisque l’alcool est toujours transparent après sa distillation.
Vous découvrirez ensuite le Temple Đền Đô dédié aux 8 rois fondateurs Ly. C’est cette dynastie qui a mis en place la monarchie absolue pendant près de 2 siècles (XIe au XIIIe) et installés des pagodes dans chaque village. En effet, à l’époque où Hoa Lu était encore la capitale du pays, le Bouddhisme était la religion d’État. Élevé par un moine bouddhiste dans la province de Bắc Ninh, le premier roi Ly imposa cette religion dans tout le pays et s’en servit comme outil politique. C’est à partir de ce moment-là qu’a commencé à se créer le réseau des villageois et les premières maisons communales, car le roi leur déléguait une certaine autonomie. C’est la raison pour laquelle le temple Đền Đô est si sacré.
Il fait également partie du culte des Héros nationaux, car les rois Ly ont aidé militairement leur pays à repousser les invasions. Sous cette dynastie, les rois étaient donc des généraux et chefs militaires qui sont partis en guerre. La famille Ly est une famille visionnaire très respectée, puisqu’elle fera de Hanoï la nouvelle capitale en 1010 et fondera également le Temple de Littérature, première université du pays. Les temples sont très importants au Vietnam, car étant aujourd’hui un pays laïc, les cultes occupent une place plus grande que celle des religions. C’est d’ailleurs pour cela que les temples sont plus fréquentés que les pagodes.

Vous l’avez compris : cette visite sur-mesure de Đình Bảng ne se résume pas seulement à observer, car nous souhaitons avant tout vous faire partager des moments privilégiés avec la population locale. Les agences de voyages traditionnelles organisent souvent des repas pour touristes à la Maison communale de Đình Bảng, celle-ci étant idéalement située à 40 minutes de l’aéroport de Hanoï. En ce qui nous concerne, nous trouvons dommage de ne pas en profiter d’avantage… C’est pour cela que nous vous proposons de finir votre journée par un Repas traditionnel chez l’Habitant dans une famille d’accueil, afin de vivre une véritable immersion culturelle et comprendre les us et Coutumes autour de la Table au Vietnam. Entre deux bols de riz, n’oubliez pas de vous lever pour aller saluer vos hôtes en trinquant avec eux avant de leur serrer la main, tradition obligée pour les invités !
PARTAGER:

LAISSER UN COMMENTAIRE
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée*

Your email address will not be published. Required fields are marked *