La cuisine de rue à Hanoi

Cuisine de rue Hanoi

Cuisine de rue Hanoi

La cuisine de rue à Hanoi ? Tout le monde connait. Mais manger sur les trottoirs étroits de la capitale, cela peut paraitre surprenant quand on sait que Hanoï c’est 7 millions d’habitants, 4 millions de scooters, les embouteillages quotidiens et le bruit incessant des klaxons. Ce trait culturel est pourtant bien ancré chez les Hanoïens. Alors pourquoi pas manger dans la rue comme les Hanoiens? Dans le Vieux Quartier, on peut déguster de délicieuses spécialités locales à tous les coins de rue et à toute heure de la journée. Cet article est gracieusement rédigé par Valérie Zucca, une amie qui est venue au Vietnam en avril 2017. Elle est ravie de vous faire partager son expérience de cuisine de rue à Hanoi

Une échoppe égal un plat

La particularité dans la cuisine de rue à Hanoi, c’est que les échoppes servent souvent un plat unique et à un prix très abordable. Pour dénicher les meilleures adresses, il suffit parfois simplement de se fier au nom de la rue qui indique directement la spécialité du lieu.

Cuisine de rue Hanoi

C’est pour cela que certaines échoppes sont facilement identifiables et indissociables de leur adresse, comme par exemple la rue Chả Cá  qui est la rue typique pour aller manger du poisson grillé, d’où la savoureuse recette du même nom. Un autre signe indiquant la qualité du restaurant est le nombre de clients vietnamiens à table : si le restaurant est toujours plein, foncez-y sans crainte ! Même s’il y a un peu plus d’attente, cela prouve la fraȋcheur des produits et la qualité du lieu, vous allez vous régaler.

La taille des chaises pour les nains

Une deuxième caractéristique de la cuisine de rue à Hanoi, c’est la superficie des échoppes. Quelques mètres carrés suffisent pour cuisiner des plats savoureux et servir les clients très rapidement sur de petites tables basses et tabourets en plastique d’à peine 25 cm de hauteur, chose assez déstabilisante pour les occidentaux qui se retrouvent complétement hors de leur zone de confort habituelle. Mais vos papilles vous remercieront du sacrifice ! Vous vous êtes d’ailleurs sans doute déjà demandé pourquoi le mobilier était si petit et léger dans ces espaces de 4 à 6 m² ?

Cuisine de rue Hanoi

La raison n’est finalement pas si étonnante lorsqu’on sait que ces établissements doivent payer un « bakchich » très élevé pour avoir le droit d’occuper les trottoirs, mais certains ne le faisant pas, cela permet tout simplement de ramasser vite-fait bien-fait les tables et tabourets en trop, avant l’arrivée de la police qui les confisquera s’ils n’ont pas payé. Ici tout le monde le sait et a déjà assisté au moins une fois à l’une de ces intervention-éclair, où l’on demande aux clients de se lever le temps que la police passe son chemin ! Chose assez drôle sur le moment, mais plutôt rare, rassurez-vous.

Cuisine de rue Hanoi

Dans la cuisine de rue à Hanoi, on ne compte pas seulement des espaces fixes. Il y a aussi des marchands ambulants qui échappent ainsi à la police, ne risquant pas de se faire confisquer leur matériel, et représentent une bonne alternative aux supermarchés où l’on perd un temps fou. Vous croiserez ces femmes un peu partout dans le Vieux Quartier, portant sur leurs épaules des fruits et légumes dans  de grands paniers plats et déambulant dans les rues à la recherche d’acheteurs. Les touristes les prennent souvent en photo, alors que les locaux ont l’habitude d’acheter leurs produits et de leur faire la conversation.

C’est donc à travers une balade culinaire dans le Vieux Quartier de Hanoï que vous découvrirez la capitale autrement, avec ce qu’elle offre de plus authentique : sa cuisine de rue  et le quotidien de ses habitants. Ainsi vous aurez la chance de gouter aux plats les plus emblématiques.

Les marchés comme base de la cuisine de rue à Hanoi

Cuisine de rue Hanoi

Les Vietnamiens ont pour habitude de consommer des produits frais tous les jours, les légumes et les herbes aromatiques sont omniprésents au cours des repas, d’où l’importance des marchés qui représentent un lieu de transaction, mais aussi de rencontres sociales. Il n’est pas étonnant de voir s’arrêter des scooters en plein milieu des allées ou de la route pour acheter des fruits et légumes sur le trottoir et repartir aussitôt !

Cuisine de rue Hanoi

Près du marché Dong Xuan, immense halle couverte, vous trouverez de nombreux fruits frais selon la saison : fruits du dragon, pommes cannelle, ramboutans, jacquiers… Les fruits secs sont également très appréciés au Vietnam, particulièrement ceux de la rue Hàng Đường : abricots au gingembre, prunes aux 5 parfums, tamarins épicés… il y en a pour tous les goûts !

 Le Phở, un excellent petit-déjeuner

Cuisine de rue Hanoi

Pour s’imprégner de cette culture de la cuisine de rue à Hanoi et comprendre le quotidien des Hanoïens, vous commencerez comme eux par un petit déjeuner salé. Oubliez vos croissants et tartines, ici on mange du Phở ! Leur mode de vie est différent du nôtre et les oblige à optimiser leur temps : on dépose d’abord les enfants à l’école en moto, puis au passage on s’arrête acheter les légumes qui serviront à préparer le repas du soir et avant d’aller au travail on prend son petit déjeuner rapidement sur le trottoir. Manger dehors fait partie de la vie sociale, et c’est dès 6h du matin que les boutiques et gargotes locales commencent à ouvrir. Le Phở est la soupe traditionnelle locale à base de bouillon de viande, pates de riz et herbes aromatiques. Les trottoirs sont envahis tous les matins pour déguster ce plat populaire, un délice ! Notamment celui du 49 rue Bát Đàn.

 Le Bánh Cuốn pour un déjeuner léger 

Cuisine de rue Hanoi

Un autre plat idéal au petit déjeuner : le Bánh Cuốn, simple et léger. Son point fort est la démonstration visuelle de sa préparation devant les clients qui peuvent admirer le savoir-faire local : en quelques secondes, la pâte liquide est chauffée sur de grandes plaques et se transforme en galettes de riz. Ces crêpes seront également roulées très rapidement sous vos yeux et garnies de viande de porc, champignons noirs, oignons frits et herbes aromatiques (12 Hàng Gà).

Cuisine de rue Hanoi

La rapidité d’exécution et la saveur de ce plat explique notamment pourquoi les fastfoods comme McDonald’s ont autant de mal à s’implanter au Vietnam et n’arrivent pas à concurrencer la cuisine de rue : pourquoi donc faire la queue et attendre 10 minutes sa commande pour manger de la nourriture industrielle à 5 €, lorsqu’on peut manger des produits frais et légers servis en moins de 2 minutes et pour moins de 1 € ?

 Le Bún Chả comme alternative du déjeuner

Cuisine de rue Hanoi

Avec le rythme de vie des entrepreneurs et des employés de bureau, il est normal de pouvoir manger à toute heure de la journée. Le mode de vie urbain des Hanoïens fait qu’ils sont pressés et n’ont pas le temps de rentrer à la maison entre midi et deux, ils préfèrent manger sur le pouce directement en ville sur les trottoirs, puis repartir travailler. Les échoppes locales l’ont bien compris et se sont adaptées naturellement à ce trait culturel. Elles ouvrent donc très tôt et ferment très tard, sans interruption. Donc la cuisine de rue à Hanoi explique un mode de vie citadin. Le Bún Chả est un plat typique très apprécié le midi, ce sont des vermicelles de riz avec du porc grillé, de la sauce de poisson Nước Mắm et des herbes aromatiques, souvent servis avec des nems au crabe, comme au numéro 1 de la rue Hàng Mành.

 Le Hoa Qủa Dầm pour dessert

Cuisine de rue Hanoi

Contrairement au Sud du Vietnam, le Nord comporte 4 saisons distinctes et les étés sont très chauds et humides à Hanoï. Pour se rafraȋchir, on pourrait facilement craquer pour la célèbre glace au riz (côm) de la rue Tràng Tiền au sud du lac Hoan Kiem. Mais les Hanoïens sont surtout friands des délicieuses salades de fruits exotiques de la rue Tô Tịch : le Hoa Qủa Dầm. Ici les fruits sont arrosés de lait concentré, lait de coco et servis avec de la glace pilée… un régal pour les gourmands qui ne peuvent pas se passer de dessert !

 Le Cà Phê Trứng 

Cuisine de rue Hanoi

La culture du café est aussi très présente à Hanoi : lieu social mais également héritage colonial, les Hanoïens fréquentent beaucoup les cafés et sont de gros consommateurs. Le Vietnam est d’ailleurs le 2ème producteur au monde avec le Robusta, cette variété plus forte mais moins connue que l’Arabica. Pour terminer cette balade culinaire, vous pourrez gouter une recette unique à Hanoi : le café Trứng (ou café à l’œuf), dont l’onctuosité de la crème vous rappellera les saveurs du cappuccino et du tiramisu !

Cuisine de rue Hanoi

Vous découvrirez une adresse bien cachée au 11 rue Hàng Gai, où il faudra d’abord traverser une boutique de souvenirs avant d’arriver à un patio fleuri qui vous conduira à une terrasse avec une vue imprenable sur le lac Hoàn Kiếm.

La découverte de la cuisine de rue à Hanoi peut se prolonger jusqu’en soirée, puisque les restaurants de rues restent ouverts tard le soir. Même les plus petits bars, les fameux Bia Hơi, proposent toujours quelque chose à grignoter, que ce soit des graines, du poisson fumé, des œufs, ou encore de l’igname grillé. Alors soyez curieux, confiants et venez visiter Hanoï autrement !

PARTAGER:

LAISSER UN COMMENTAIRE
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée*

Your email address will not be published. Required fields are marked *